La vision des chrétiens sur mohamet(paix soit sur lui)

#Chrétiens et islam

#Chrétien,#islam

Les événements récents en France ont une fois de plus mis sur le devant de la scène l’idée d’un choc des civilisations entre l’islam et l’Occident. Le mois dernier, le magazine satirique Charlie Hebdo a republié les caricatures du Prophète Muhammad (paix soit sur lui); cela a été suivi par le meurtre horrible d’un enseignant français qui a montré les caricatures offensantes à ses élèves au nom de la liberté d’expression.
 Le président Emmanuel Macron a réagi en soutenant la décision de republier les caricatures et a déclaré que l’islam, deuxième religion de France, est «en crise partout dans le monde aujourd’hui» avant d’entamer une répression contre la communauté musulmane française. Cela a été condamné par les chefs d’État musulmans, dont le président turc Recep Tayyip Erdogan et le Premier ministre pakistanais Imran Khan. Il y a également eu de nombreux appels au boycott des produits français ainsi que de grandes manifestations dans les pays musulmans. Les tensions en France se sont encore aggravées par l’attaque d’hier contre une église de Nice, qui aurait été commise par un migrant tunisien récemment arrivé en Europe. Macron a déclaré que l’homme avait attaqué la France pour ses valeurs de liberté.
 Avec de tels incidents et leurs implications politiques profondes, il peut être facile d’oublier qu’ils entourent le Prophète Muhammad (que la paix soit sur lui), l’une des personnes les plus aimées, vilipendées et incomprises de l’histoire, selon le chercheur et auteur Dr Craig Considine. dans son livre The Humanity of Muhammad: A Christian View. Considine est impliquée dans le développement des relations interconfessionnelles et croit fermement que de meilleurs liens peuvent être formés entre les musulmans et l’Occident nominalement chrétien grâce à une meilleure compréhension de la vie et de l’héritage du Prophète et de sa vision pluraliste de l’humanité. Par coïncidence, les dernières controverses coïncident plus ou moins avec le Mawlid de cette année, l’anniversaire de la naissance du prophète, qui est commémoré par les musulmans du monde entier. Inévitablement, le Mawlid de cette année avait une signification encore plus émotionnelle et politique.
 #Yémen

 Premières photos de la place Al Sabeen dans la capitale Sanaa lors de la célébration de l’anniversaire du prophète Muhammad paix sur lui.

 Des millions de Yéménites ont célébré aujourd’hui dans treize gouvernorats.

 Rassembler cette année est plus que jamais. # MuhammadForAll # MuhammadTheMerciful pic.twitter.com/rP4cspruAQ
 – Supporter du Yémen (@LongLiveYemen) 29 octobre 2020
 Cela étant dit, on fait valoir que les mauvais traitements infligés aux chrétiens dans ces pays contredisent les versets du Coran, dans lesquels les chrétiens et les juifs se distinguent parmi les gens du livre et sont des Dhimmi, des minorités monothéistes protégées (un terme souvent mal interprété pour désigner être en position d’asservissement). Une telle persécution est également contre les enseignements prophétiques sur le traitement des gens du Livre avec respect et la protection de leurs lieux de culte.
 LIRE: Les blocs algériens appellent à poursuivre la France pour insultes contre l’islam
 La partie la plus intrigante du livre détaille un aspect souvent négligé de l’héritage du Prophète, son adhésion au pluralisme religieux qui devrait, selon Considine, être plus qu’une simple tolérance religieuse. L’auteur cite le dialogue interreligieux entre le Prophète et une délégation chrétienne de Najran, par exemple, et une alliance conclue avec les moines chrétiens du mont Sinaï, selon laquelle la liberté de culte et le droit à la protection en temps de guerre ont été accordés, entre autres droits.
 Tout aussi intéressant est le chapitre consacré à «l’État-nation civique» établi par le Prophète Muhammad (que la paix soit sur lui) à Médine, qui était à la fois révolutionnaire et sans précédent dans sa capacité à créer une communauté qui transcendait les frontières ethniques, tribales et même religieuses. Cette «super tribu», qui comprenait une communauté juive établie de longue date, a été facilitée en partie par la Constitution de Médine, qui garantissait l’égalité des droits entre les habitants et «aidait à concrétiser l’idée d’une communauté unique composée de diverses personnes vivant sous un gouvernement et finalement un créateur, Dieu.
 Un lien surprenant est établi entre les soi-disant pères fondateurs des États-Unis et la vision du prophète d’un État-nation, ce qui peut soulever des sourcils à tous les niveaux. Cependant, le Dr Considine trouve des similitudes assez convaincantes, en particulier dans les idéaux communs d’établir une société qui visait à tout le moins à protéger tous les membres de la société, les considérant comme des égaux indépendamment de la religion et de la race.
 Les chapitres suivants s’inspirent de la position antiraciste du Prophète et des droits des femmes. Ces derniers ont été soulignés à une époque où les femmes avaient peu de droits, voire aucun, dans l’Arabie préislamique. Les droits d’héritage et de divorce, par exemple, ont été établis des siècles avant qu’ils n’existent dans le monde occidental. Sur la question de la race, une attention particulière est attirée sur le proche compagnon du prophète Bilal Ibn Rabah, un ancien esclave abyssin qui est devenu la première personne à faire l’appel à la prière. Le sermon final bien connu du Prophète qui met l’accent sur l’égalité raciale est également discuté, et l’auteur souligne que la morale et le caractère ont préséance sur la couleur de la peau. Cela, selon lui, serait exprimé de la même manière des siècles plus tard dans le célèbre discours du Dr Martin Luther King «J’ai un rêve».
 La recherche de la connaissance a été enseignée par le Prophète comme une obligation religieuse et a eu une influence indéniable sur les civilisations du monde entier. Les contributions musulmanes aux sciences et aux mathématiques, ainsi qu’à la médecine et à l’astronomie et à d’autres domaines d’études, sont souvent minimisées ou totalement niées en Occident. Considine consacre un chapitre entier à ces contributions, que j’ai trouvées évidemment très bien documentées et particulièrement informatives.
 L’humanité de Muhammad… est clairement une perspective sincère et très personnelle d’un écrivain qui est un défenseur du dialogue interconfessionnel et reconnaît son admiration pour le Prophète. Vers la fin, il révèle que son «amour pour Muhammad» n’est pas suffisant pour certains musulmans qui demandent pourquoi il choisit de rester chrétien. Certains chrétiens, quant à eux, le considèrent comme un hérétique pour sa reconnaissance de Muhammad en tant que prophète.
 Cela sert à illustrer pourquoi le livre du Dr Considine est un travail très nécessaire et opportun pour aider à renforcer les liens entre les musulmans et l’Occident. Il espère que les musulmans pourront voir les chrétiens sous un jour plus humain et toucher les chrétiens avec des notions déformées ou préconçues des musulmans et de leur foi. Un tel livre est donc à la fois essentiel et pertinent en ces temps troublés si nous voulons surmonter ou au moins atténuer les perspectives d’un affrontement civilisationnel entre l’Islam et l’Occident.

Un pays crée-t-il un peuple ou un peuple crée-t-il un pays? KALUNDI SERUMAGA répond à l’analyse récente de Mahmoud Mamdani sur la situation politique en Éthiopie. Publié dans The East African Review, le 26 janvier 2019 #Ethiopie, #l’afrique de l’est

Un pays crée-t-il un peuple ou un peuple crée-t-il un pays? KALUNDI SERUMAGA répond à l’analyse récente de Mahmood Mamdani sur la situation politique en #Éthiopie. Publié dans The East African Review, le 26 janvier 2019

Les principes de Westphalie, enracinés dans les traités de 1648 signés dans la région européenne de ce nom, ont été monstrueusement mal appliqués en ce qui concerne le continent africain. Ils ont pourtant établi des relations internationales modernes, en particulier l’inviolabilité des frontières et la non-ingérence dans affaires intérieures des États souverains. La position par défaut d’une certaine génération et de certains nationalistes africains est de s’attacher à la «nouvelle» nation née à l’indépendance, en tant que seule base légitime sur laquelle le progrès africain peut être conçu et construit. Tout le reste, en particulier cette catégorie redoutée, l’ethnie, est considéré comme une diversion et une distraction dangereuse. C’est le ton qui caractérise l’opinion de mille mots du professeur ougandais Mahmoud Mamdani: Le problème du fédéralisme ethnique de l’Éthiopie, publiée le 3 janvier dans le New York Times par (et reproduite patriquement dans le journal ougandais Daily Monitor). cinquante-quatre itérations du mot «ethnique».

La position par défaut d’une certaine génération et de certains nationalistes africains est de s’attacher à la «nouvelle» nation née à l’indépendance, en tant que seule base légitime sur laquelle le progrès africain peut être conçu et construit.

À l’indépendance, les protocoles de Westphalie ont été conférés aux anciens engins coloniaux. Les résultats ont été la stagnation économique et la répression politique. Pendant plus de cinq décennies, ces nouveaux pays ont été au centre d’une agitation intellectuelle et politique parmi les penseurs africains. Après toute cette rumination et cette fulmination, nos penseurs ont encore des choses horriblement en arrière, nous sommes tous coincés à un carrefour. L’essai de Mamdani constitue notre pièce A actuelle dans cette longue histoire de dysfonctionnements intellectuels. Le Premier ministre actuel, le jeune Abiy Ahmed, est confronté à une série de demandes multiples émanant d’une population profondément frustrée. Nombre d’entre elles sont directement liées à l’absence d’un modèle de croissance économique qui améliore sensiblement le niveau de vie. D’autres reviennent plus loin sur la question séculaire de la propriété et de la réforme de la terre. Naturellement, la demande de plus grands droits civiques à la parole et à la réunion est un préalable. Un trait commun à ces revendications est la tendance des Ethiopiens à parler au travers et / ou au nom des différentes identités autochtones reconnues par la Constitution dans le pays. Certains ont peut-être même formé des milices à cette fin.

L’essai de Mamdani constitue notre pièce A actuelle dans cette longue histoire de dysfonctionnements intellectuels.

Mamdani s’engage dans ce sens pour analyser non seulement la crise éthiopienne elle-même, mais aussi la question de ce qu’il appelle «l’ethnicité» qui, selon lui, est le problème – ou plus exactement le «problème» – qui perturbe en permanence la politique africaine. «Les craintes d’une Ethiopie qui souffre du prochain conflit interethnique en Afrique grandissent», prévient-il. Le Premier ministre Abiy a rapidement cédé beaucoup et mis en place le plus grand nombre de réformes possible. Il a notamment mis un terme à deux décennies d’impasse avec son voisin du nord, l’Érythrée.

Mamdani s’engage dans ce sens pour analyser non seulement la crise éthiopienne elle-même, mais aussi la question de ce qu’il appelle «l’ethnicité» qui, selon lui, est le problème – ou plus exactement le «problème» – qui perturbe en permanence la politique africaine.

Cela peut ne pas suffire, nous dit Mamdani. Selon lui, le véritable problème est l’introduction de l’ethnicité dans la gouvernance éthiopienne et sa position centrale dans la constitution éthiopienne. Selon le professeur Mamdani, cela a été fait par l’ancien Premier ministre, feu Meles Zenawi, qui a été l’homme fort éthiopien de facto de 1991 à 2012. Mamdani décrit cela comme une tentative de reproduire une stratégie similaire d’organisation ethnique qui, selon lui , a été introduit en Afrique dans le cadre de la méthode de gouvernement coloniale: «Dans la plus grande partie de l’Afrique, l’ethnicité était politisée lorsque les Britanniques ont transformé le groupe ethnique en une unité de l’administration locale, qu’ils ont qualifiée de« gouvernement indirect ». a été défini comme une patrie ethnique, où une autorité ethnique a appliqué un droit coutumier défini selon l’ethnie, qui conférait des privilèges à ceux qui étaient considérés comme autochtones aux dépens des minorités non autochtones. »Cette analyse ne parvient pas à s’y arrêter, ce qui aurait été assez grave . «Le déménagement, poursuit le professeur, était une réponse à un problème colonial persistant: le privilège racial des Blancs mobilisait ceux qui étaient exclus en tant que majorité raciale non blanche. En créant une couche supplémentaire de privilèges, cette fois-ci, un gouvernement ethnique indirect a fragmenté la majorité à la conscience raciale en un grand nombre de minorités ethniques, dans toutes les régions du pays, opposant majorités ethniques à minorités ethniques. »Décrivant les patries autochtones comme une« fiction », le professeur poursuit alors que si un tel étiquetage ethnique et des privilèges sélectifs ont pu servir l’objet de la colonisation, ils ont eu pour effet, d’abord, de «diviser une population africaine racialement consciente» et, ensuite, de les transformer en des personnes qui se considéraient elles-mêmes comme des «tribus». avant toute chose. Ainsi, conclut-il, « Là où ce système a perduré après l’indépendance, l’appartenance nationale a cédé le pas à l’identité tribale en tant que véritable sens de la citoyenneté ». en Ethiopie, à moins que la question ne soit exclue du corps politique éthiopien en particulier et de l’Afrique en général. Ces mots ont beaucoup de significations, aucune n’est bonne pour les Africains, du moins. Tout d’abord, c’est la même chose que de dire qu’avant l’arrivée des Européens en Afrique, les identités «ethniques» n’étaient pas politisées et n’étaient pas non plus des unités administratives. En conclusion logique, cela veut dire qu’il n’existait pas de «politique» dans l’Afrique précoloniale, ni de formes d’administration.

Après avoir ainsi posé le problème de l’ethnie, Mamdani laisse entendre qu’il n’y aura peut-être pas de paix en Éthiopie à moins que la question ne soit exclue du corps politique éthiopien en particulier et de l’Afrique en général.

Les Africains semblent avoir parcouru le continent comme une cohorte d’une masse indéfinie mais également homogène, aux identités tout à fait insignifiantes, qui n’ont été que célébrées, formalisées et revêtues d’une signification politique avec l’arrivée d’un pouvoir européen parmi elles. Deuxièmement, cela implique également que seul l’Européen avait le savoir-faire pour animer ces identités, sans qu’elles déchirent l’Etat (par conséquent nécessaire) créé par l’Europe. Troisièmement, la tragédie de l’Afrique moderne a commencé lorsque l’Européen a retiré son contrôle. Laissé à eux-mêmes, les identités qu’il avait créées se transformèrent en un monstre de Frankenstein en querelles tribales. Quatrièmement, il existe une notion d’identité nationale qui a pris forme à l’époque de l’indépendance, ce qui est un bon sous-produit de l’État à l’origine européenne, et c’est le «tribalisme» africain qui le détruit. En d’autres termes, le tribalisme africain inventé par les Européens gâche la seule bonne chose (le nationalisme) que l’Europe a apportée à l’Afrique. Enfin, l’appartenance à la nation africaine implantée en Europe est le seul moyen viable d’obtenir une citoyenneté africaine. Mais si les Britanniques étaient préoccupés par une «ethnisation» et que les sentiments et la loyauté des peuples qui en résultaient étaient exclusivement ethniques, d’où venait alors «l’appartenance nationale» à l’indépendance? Toute l’analyse de la crise est une crise en soi: de nommage, d’histoires, de théories et de pratiques. C’est intellectuellement malhonnête et condescendant, et va au-delà de la rétrogradation linguistique habituelle que l’on rencontre souvent chez de nombreux experts de l’Afrique.

Pourquoi l’Éthiopie at-elle une «ethnicité» parmi 34 millions d’Ourios et une «nation» 5,77 millions de Danois? Pourquoi les trois grandes guerres qui ont façonné l’Europe moderne (les grandes guerres franco-prussienne, 1914-18 et 1939-1945) ne sont-elles pas conceptualisées en tant que conflits ethniques?

Toute l’analyse de la crise par Mamdani est une crise en soi: de nom, d’histoires, de théories et de pratiques. C’est intellectuellement malhonnête et condescendant, et va au-delà de la rétrogradation linguistique habituelle que l’on rencontre souvent chez de nombreux experts de l’Afrique.

Pourquoi n’y a-t-il qu’une poignée d’États contemporains en Afrique dont les noms ont un rapport avec l’identité des personnes qui y vivent réellement. Everywhere else est une référence à une marchandise ou aux repères de navigation d’un explorateur. Cet étiquetage franchement malveillant offre l’espace nécessaire à la rétrogradation linguistique de peuples entiers. À savoir: 34 millions d’Oromo, 7 millions de Baganda, 43 millions d’Igbo, 10 millions de Zoulous resteront toujours des «ethnies» et des «tribus» qu’il faut sauver de la «blancheur». 5,77 millions de Danois, 5,5 millions de Finlandais et seulement 300 000 Islandais peuvent être qualifiés de «nations», avec leurs propres États ayant des sièges à l’ONU. Certains de ces États n’ont été formés qu’il ya moins de deux siècles (Italie: 1861, Allemagne: 1815, Belgique: 1830), tandis que certains de ces ‘tribus’, et le plus critique pour ce qui est de leur argument, avaient déjà été créées. Pourquoi l’ethno-fédéralisation de la Grande-Bretagne elle-même n’a-t-elle pas été perçue comme telle et comme une recette de conflit? C’est en fait la véritable «fiction», qui a conduit à des décennies d’instabilité. Mais le fait que Westphalie ne les voie pas ne signifie pas que les nations africaines n’existent pas. Le déni de leur existence est en fait un acte de violence. C’est ce qui a poussé Kabaka Edward Muteesa II, de Buganda, ainsi exilé, à écrire: «Je n’ai jamais été en mesure de cerner avec précision la différence entre une tribu et une nation et de voir pourquoi l’un est considéré comme si méprisable et l’autre si admiré. Beaucoup d’Africains modernes, en particulier ceux dont l’identité est un produit de l’imposition européenne d’États africains contemporains, ont tout intérêt à faire de l’épouvantail une identité africaine indigène. Le point de départ de cette entreprise est d’inviter l’Africain à accepter de considérer notre propre identité comme une entrave au progrès de l’Afrique, en les qualifiant d ’« ethniques ». Lorsque des conflits «ethniques» éclatent, les indigènes qui ont refusé de suivre ce train en marche sont soumis à un grand «je vous l’ai dit», comme le veut l’essai de Mamdani.

Beaucoup d’Africains modernes, en particulier ceux dont l’identité est un produit de l’imposition européenne d’États africains contemporains, ont tout intérêt à faire de l’épouvantail une identité africaine indigène.

Telle était la position des États membres de l’OUA et de nombreux partis politiques africains, y compris ceux qui s’opposaient à leurs gouvernements de plus en plus répressifs après l’indépendance. Mais l’Éthiopie pose un énorme problème à la théorie du professeur Mamdani sur les racines coloniales de «l’ethnicité», car son histoire ne relève pas du modèle africain habituel d’une expérience directe du colonialisme européen. Depuis son affirmation initiale lorsqu’il a introduit la question de «l’ethnicité», c’est que c’est le résultat d’un étiquetage européen qui a conduit à une situation de «division et de règle», Mamdani est alors confronté à la difficulté d’expliquer l’origine de ces «ethnies» éthiopiennes s’il n’y avait pas d’Européens les créant. A moins que, pour développer son affirmation selon laquelle les homelands sont une « fiction », il pense que les différentes nationalités de l’Éthiopie sont également fictives?

L’Éthiopie pose un énorme problème à la théorie du professeur Mamdani sur les racines coloniales de «l’ethnicité», car son histoire ne relève pas du modèle africain habituel d’une expérience directe du colonialisme européen.

Il couvre cette lacune logique en prévenant une discussion appropriée de cette histoire. Puis, changeant de cap, il suggère que la présence de problèmes «ethniques» en Éthiopie, malgré l’absence d’histoire coloniale européenne dans le pays, montre bien que «l’ethnicité» est en quelque sorte un défaut congénital dans le corps politique de toute l’Afrique. «Le pays ressemble aujourd’hui à un système africain par excellence caractérisé par la mobilisation ethnique pour des gains ethniques.» Bien entendu, la bonne réponse à toutes les questions ci-dessus est que les identités «africaines» des Africains africains étaient bien en place bien avant l’arrivée de tous les Européens. explorateur ou conquérant. Et ce ne sont pas des proto-identités anodines, mais des institutions politiques et des méthodes d’organisation et de gouvernance réelles. Mais c’est une vérité qui dérange, car elle oblige alors à nommer correctement ces prétendues «ethnies»: les nations. Tout compte fait, le déploiement des notions d ’« ethnicité »et de« tribu »est une tactique qui permet d’incorporer les Africains dans des nomenclatures primordiales, évitant ainsi la reconnaissance de leurs formations précoloniales en tant que nations. Il sert à fétichiser le projet colonial en tant que moyen divin de sauver les conflits ethniques et le chaos prédestiné. Mais si les 34 millions d’Oromo appartiennent à une ethnie, il en va de même des 5,77 millions de Danois. Ce qui est encore plus vrai pour notre situation, ce sont les Anglais, les Écossais et les Gallois qui alignent des équipes nationales lors des matchs de la Coupe du monde et du Commonwealth. Nous avons besoin de cohérence, il faut parler des gens comme ils sont.

Déployer les notions d ’« ethnicité »et de« tribu »est une tactique visant à ramener les Africains dans des nomenclatures primordiales, évitant ainsi la reconnaissance de leurs formations précoloniales en tant que nations.

Naturellement, la classe moyenne africaine émergente de l’ère de l’indépendance était plus que ravie de suivre cet effacement, dans ce que Basil Davidson appelait une tentative «d’aplatissement complet du paysage ethnique», et même le peaufiné. Là où des concessions avaient été faites à l’existence des anciennes nations, celles-ci étaient rapidement et souvent violemment supprimées. En Afrique britannique, la politique consistant à essayer de se passer de cette réalité est ce qui a dominé pratiquement toutes les politiques des négociations constitutionnelles antérieures à l’indépendance. La question a informé même les alliances politiques qui ont émergé à l’indépendance. En Zambie, un nouveau pacte constitutionnel a été signé entre le nouveau chef de l’Etat, Kenneth Kaunda, et le conseil au pouvoir du peuple Barotse: ils ont récemment cherché à le répudier et à retrouver leur statut précolonial. Les rois asiatiques du Ghana étaient opposés à ce que les Britanniques cèdent le pouvoir au gouvernement de Nkrumah. Ils ont fait valoir que, puisqu’ils avaient cédé le pouvoir aux Britanniques par un traité, le départ des Britanniques signifiait la résiliation de ces traités. Logiquement, par conséquent, ce pouvoir devrait être réinvesti dans ceux qui lui avaient été retirés en vertu d’un traité. Au Kenya, les peuples masaï et côtiers ont utilisé le même argument lors des conférences sur la décolonisation à Lancaster House. De manière significative, les Somaliens ont rejeté l’inclusion dans l’État kenyan de l’indépendance, insistant sur le fait qu’ils souhaitaient être intégrés à la Somalie indépendante. Incapable de résoudre les «Trois questions», le Foreign and Colonial Office les cyniquement les jeta dans une pelouse pas très longue pour les dirigeants à traiter. Le Conseil républicain de Mombasa d’aujourd’hui tire sa légitimité politique de l’Accord actualisé de 1906 de Witu, datant de la période coloniale, signé entre leurs ancêtres et le gouvernement de l’indépendance.

Pour comprendre la situation actuelle en Éthiopie, il faut relever le défi de comprendre correctement toute partie de l’Afrique, un continent tellement taxonomisé et anthropologisé par la pensée blanche qu’il est à peine reconnaissable sur papier pour ses habitants indigènes. C’est un défi en deux étapes. Premièrement: comprendre l’histoire de l’Éthiopie. Pour ce faire, il faut d’abord reconnaître et accepter les possibilités d’une histoire africaine non façonnée, définie et animée par les impératifs européens. Les Africains, comme tout le monde, font leur propre histoire. Et comme les gens ailleurs, il y a autant de narration du bien que de mal.

Pour comprendre la situation actuelle en Éthiopie, il faut relever le défi de comprendre correctement toute partie de l’Afrique, un continent tellement taxonomisé et anthropologisé par la pensée blanche qu’il est à peine reconnaissable sur papier pour ses habitants indigènes.

La crise en Éthiopie est la conséquence d’un effondrement séculaire de l’empire construit par l’empereur Ménélik II (1889-1904). Comme son titre l’indique, ce n’était pas une nation, mais un empire: un territoire composé de nombreuses nations, amenées dans son champ d’action par un moyen ou un autre. Les motifs et la méthode de Menelik peuvent et doivent faire l’objet d’un débat, mais le fait est que l’Europe s’est trouvée à la hauteur dans les hauts plateaux éthiopiens et qu’elle a été contrainte de la laisser.

La crise en Éthiopie est la conséquence d’un effondrement séculaire de l’empire construit par l’empereur Ménélik II (1889-1904).

Oui. Les Africains produisent également des événements historiques mémorables. Ce n’est pas un trait exclusif des Blancs. Nous devons prendre l’habitude de discuter de notre propre histoire, non européenne, avec une signification réelle. Tout comme nous pouvons parler des effets à long terme de l’effondrement de l’empire austro-hongrois sur la région européenne des Balkans, nous pouvons parler de l’effet de la disparition de l’empire de Menelik sur la région de la Grande Corne. Si cela semble exagéré, sachez que depuis le décès de Menelik il ya 120 ans, l’Éthiopie n’avait que six dirigeants importants: Zewditu / Selassie, Mengistu, Zenawi, Dessalegn et maintenant Abiy. Après son décès, Ménélik a quitté une région couvrant plus de trois fois la superficie dont il a hérité. Le prince Tafari, après avoir hérité du trône en tant qu’empereur Hailé Sélassié en 1930, chercha simplement à le consolider. Dans sa biographie de 2002: Notes sur le ventre de l’hyène: Un enfant éthiopien, l’auteur éthiopien Nega Mezlekia raconte l’histoire de lui et de sa famille, en tant que l’une des nombreuses familles amhara qui émigrent à Jijiiga, une région très éloignée de l’Ethiopie règne de l’empereur Sélassié. Cela faisait partie d’un programme gouvernemental de règlement Amhara dans de nombreuses régions de la campagne éthiopienne. Jijiiga abrite des Somaliens de souche. L’expansion d’Amhara, qui fait partie de plusieurs facteurs, provoque finalement une révolte armée. Ironiquement, l’auteur dans sa jeunesse a rejoint les insurgés. On peut dire que l’empereur Sélassié a commis des erreurs, mais le contexte est critique: son règne a duré une période qui a été marquée par d’immenses changements dans la politique mondiale et les idées sociales.
Considérez sa vie et son époque:
Il a été témoin des deux grandes guerres intereuropéennes, de la chute de ses empires (italien, allemand, ottoman et japonais) et de la fin de l’occupation européenne directe de l’Afrique. Il a subi deux invasions européennes de son royaume et a vécu en exil. Il était régent lors de la révolution bolchevique de 1917 et a vu l’émergence de l’Union soviétique en tant que superpuissance mondiale et la guerre froide qui a suivi. Il est peut-être l’un des rares dirigeants mondiaux à avoir été membre de l’ONU et de la Société des Nations qui l’a précédée. Ce cycle de l’histoire a également eu un impact sur les peuples éthiopiens. L’une des réponses a été la demande croissante de réformes sociales, économiques et politiques, notamment le relâchement des liens de l’empire de Sélassié. Au moment du coup d’État de 1975 contre lui, le monde était fondamentalement différent de celui qu’il avait rencontré lorsqu’il avait pris le trône. En fait, il était si «à l’école» que ses ravisseurs ont été pris de court quand il les informa calmement qu’il n’avait ni revenu personnel ni épargne pour se prendre en charge. Il a adopté une ligne dure contre l’Érythrée, qui s’était installée dans une fédération inquiète, provoquant une guerre de sécession; l’expansion continue des colons Amhara à Oromo et ailleurs; et il a échoué à gérer le nationalisme tigréen, en partie enraciné dans la perte dynastique du trône impérial au profit du royaume Shewa de Menelik. De manière critique, il n’a pas abordé efficacement la réforme agraire agraire, l’un des fondements de la crise politique et agricole du pays. Donc, pour résumer l’empereur Sélassié: en fin de compte, il ne parvient pas à consolider pleinement son empire, ni il ne réordonne les frontières et les restrictions de l’empire, dont il avait hérité à une époque fondamentalement différente. Il s’est retrouvé à combattre les éléments les plus conservateurs de son aristocratie opposés à ses réformes; les républicains modernistes craignaient qu’il ne se réforme pas assez vite; et les nationalistes de plus en plus radicaux dans les régions réclamant l’autodétermination. Entrez le colonel Mengistu, un fanatique du zèle, mais qui, malgré toutes ses tendances violentes, était plutôt du type « réforme sociale » et sympathique aux revendications de « terre à la barre » des premiers mouvements de jeunesse radicaux. Après avoir renversé un monarque, il se voyait à l’image du parti communiste de l’Union soviétique en Russie, qui avait destitué le roi russe, le tsar Nicolas II. Selon lui, sa tâche était de créer un État socialiste. Cependant, Mengistu avait fondamentalement repris le même état que celui dont Selassie avait hérité et il y était toujours attaché. Sa conception moderniste de l’histoire et du monde l’a empêché de comprendre qu’il traitait avec une histoire impériale locale et qu’il dirigeait donc un empire. Cela l’aveugle de la «question des nationalités» et ne fait qu’intensifier les agitations entre les différentes nations autochtones piégées dans son empire désormais séculier. Il essaie donc essentiellement de tuer tous ceux qui s’opposent à lui. C’est la réalité que Mamdani ne voit pas et appelle à tort l’État de Mengistu de «république unifiée»; il est intéressant de noter qu’il n’offre aucun des détails macabres de la façon dont Mengistu a «institué» cette soi-disant unification. Les seuls endroits où l’Éthiopie était unifiée et une république étaient dans l’esprit de Mengistu (et dans son arsenal). Ce que les différents territoires souhaitaient, c’était la reconnaissance de leurs identités distinctes et un mot incontesté sur la terre de leurs ancêtres. La réponse de Mengistu a été d’augmenter encore le niveau de violence nécessaire pour contenir ces rébellions, tout en combattant les insurrections tigréanes, érythréennes, somaliennes et oromo.
Théorie et pratique

Idéologiquement, les dirigeants des insurrections éthiopiennes ont été repris par des personnes prétendant être aussi marxistes que Lénine. Finalement, tous les belligérants, y compris le régime, ont prétendu être des organisations marxistes, mais ils étaient en conflit les uns avec les autres. La compréhension divergente de ce que devrait être la pratique marxiste dans leur contexte a donc intensifié la crise. C’est à ce moment-là qu’un certain nombre de débats d’idéologie de gauche sont entrés en jeu et que beaucoup d’idéologues de gauche se sont égarés. La théorie marxiste, qui a mobilisé des millions de personnes dans le monde entier, et ses implications pratiques, doivent être examinées avec un soin particulier. L’histoire sur ce point est nécessaire. Ces luttes nationalistes ont fondé leurs arguments sur le principe léniniste du «droit des petites nations à l’autodétermination», qui avait été partiellement appliqué dans l’Union soviétique à partir de sa formation en 1917. Après la mort de Lénine en 1924, son successeur, Josef Staline, trouvé moins de temps pour cela, et, face à l’agression soutenue de l’Europe occidentale, semblait le considérer comme un handicap pour la sécurité de la révolution. Le coup d’État de 1975 qui a porté Mengistu au pouvoir (ou, plus exactement, le coup que Mengistu a ensuite détourné par la suite avec violence) a été une réaction à des troubles généralisés, en particulier parmi les mouvements de jeunes et d’étudiants. Cela a conduit à un certain nombre de problèmes pratiques sur le terrain, en relation avec l’idéologie. La question de la réforme agraire était au cœur des mouvements du Dergue et des mouvements tigréens ultérieurs. Mamdani note que les bouleversements initiaux des années 1970 ont été provoqués par cela, mais ne parvient pas ensuite à établir les liens corrects. Pour la grande majorité des Africains, surtout à cette époque, la terre n’est pas seulement un lieu de vie, mais aussi un lieu de travail. Être sans terre, c’est être sans travail sécurisé. L’agriculture paysanne de subsistance est éreintante, souvent précaire et non lucrative. C’est aussi – et beaucoup de progressistes ne le reconnaissent pas – de manière autonome. Dans une très grande mesure, le paysan de subsistance ne dépend pas de l’État ni de l’économie mondiale. Au contraire, ces entités dépendent de l’agriculteur dont le style de vie austère constitue une subvention cachée pour fournir au marché des aliments cultivés à un prix avantageux, sans risque d’investissement pour le consommateur ou pour l’État. Clairement, une chose qui peut transformer et étayer cette existence est une réforme sensée de la manière dont le fermier sécurise le régime foncier de la terre qu’il travaille. Mais que se passe-t-il lorsque les droits fonciers rencontrent des droits culturels basés sur la terre?
Une « patrie » n’est certainement pas la « fiction » de l’affirmation de Mamdani. Il héberge l’identité et la vision du monde des personnes qui l’occupent. Il détient leurs sites sacrés et des lieux marquant leur conscience culturelle. Plus encore, cette culture sous-tend leur capacité à continuer à produire de manière autonome. Le fait de suggérer que cela n’existe pas ou n’a pas d’importance, montre en réalité un échec complet pour comprendre qui sont les Noirs, ce qu’ils vivent et pensent. C’est une déclaration fondamentalement anti-africaine qui implique que les Noirs africains n’ont pas de logique intellectuelle et spirituelle interne, développée de manière indigène et augmentée d’espaces physiques et d’objets en leur sein, qui informe une vision du monde. La suggestion est que les Africains sont intrinsèquement transposables, car ils ne sont liés à aucune chose ni à aucun endroit. Les capitaines des anciens navires négriers transatlantiques n’auraient pas pu mieux le théoriser. Venant de quelqu’un qui vit en Afrique, c’est un peu surprenant. Venant d’un professeur dirigeant un institut d’une des nouvelles universités africaines, conçu pour renforcer la mission de l’État colonial de déraciner l’Africain, peut-être moins. Cependant, la crise actuelle en Éthiopie est très réelle et son incapacité à le résoudre a d’énormes conséquences pour toute la région. C’est précisément pourquoi une analyse correcte est nécessaire. Pas à l’aise enraciné dans des tropes essentiellement racistes. Les prétendues «revendications ethniques» étaient des revendications pour un type de garantie des droits à la terre différent de celui préconisé par Mengistu. Par exemple, une famille amhara telle que celle de Nega Mezlekia, établie à l’origine par l’empereur Selassie à Jijiiga, aurait-elle légalement le droit de prétendre à la terre contre les communautés somaliennes de souche indigènes de la région, simplement parce qu’elles se trouvent maintenant les «cultivateurs»? Y aurait-il une hiérarchie des revendications? En tout état de cause, qui devrait décider? Une autorité centrale à Addis-Abeba ou une unité fédérée représentant la communauté autochtone historique? Il n’y a pas de réponses faciles. Mais le refus total du régime (et des autres « progressistes ») de prendre en compte la question est ce qui a permis de conclure que pour que justice soit faite en Éthiopie, la question des nationalités autochtones et de leurs droits culturels basés sur la terre devrait être physiquement résolu en premier. En résumé, il est devenu évident que la question de la réforme agraire ne pourrait pas être traitée efficacement sans aborder également la question sous-jacente des identités culturelles productives et des revendications territoriales historiques qui en découlent. Cela a été particulièrement marqué dans les régions du pays, telles que Oromo et Tigray, qui sont dominées par les communautés pastorales. Historiquement, une grande partie des accaparements de terres en Afrique ont été perpétrés contre les communautés pastorales, la grande ville de Nairobi en étant un exemple typique. C’est la base des mouvements «ethniques» qui ont tellement perturbé le professeur Mamdani. En fait, il s’agissait d’un débat de gauche et non d’une distraction ataviste de droite. La grande ironie est donc que l’Éthiopie, qui abrite ce grand bastion de la pensée westphalienne mal appliquée, l’Organisation de l’unité africaine, devient la pierre angulaire de la grande question nationale non résolue telle qu’elle s’applique à l’Afrique indépendante: est-ce la même chose qu’un Etat africain donné (ou plus exactement un Etat situé en Afrique)? La lutte armée a débuté en Érythrée après l’abrogation unilatérale par Selassie de l’arrangement fédéral.
Le groupe de combat initial, appelé le Front de libération érythréen, a rapidement été violemment chassé du terrain par un Front de libération du peuple érythréen plus radical, Isias Afwerki, épousant les aspects du léninisme et du maoïsme qui lui ont permis de mobiliser un large front de toutes les classes touchées par le conflit. le sentiment d’occupation. Les revendications des rebelles étaient claires: une fédération d’Éthiopie ou une séparation de celle-ci; contrôle de leurs propres terres et une reconnaissance égale des cultures. Pour sa part, Mengistu, qui combat maintenant cinq groupes militants distincts, y compris une ligne dure très militante, le Front révolutionnaire populaire éthiopien basé dans une zone urbaine éthiopienne, a placé toute sa confiance dans la puissance militaire. Il finit par constituer la plus grande force armée d’Afrique sub-saharienne (si ce n’est l’Afrique dans son ensemble) d’environ un demi-million de soldats et dépendant fortement de l’Union soviétique, qui le considérait comme un point d’appui vital pour la guerre en Afrique. matériel et autres fournitures. Il a également reçu un soutien militaire de Cuba. Là encore, on ne sait peut-être pas que, au plus fort des combats, ces différentes forces, qui étaient devenues des armées de gros, combattaient parmi les plus grands combats (y compris des batailles de chars) depuis le conflit interethnique européen de 1939-1945, appelé le Deuxième Guerre mondiale. La lutte tourna progressivement en faveur des rebelles. Le principal fournisseur d’armes de Mengistu, l’Union soviétique, finit par capituler contre les États-Unis lors du concours de la superpuissance en 1989. Ses forces furent alors mises en déroute. Il fut chassé de la capitale en 1991. La lutte armée érythréenne commença en 1961, celle des Tigréens en 1975 et Oromo en 1973. Tout se termine avec la chute de Mengistu. Si Mamdani croit sincèrement que ces nationalités ne sont que des « ethnies » et que l’Éthiopie court le risque d’accueillir le « prochain conflit interethnique en Afrique », cette histoire montre que l’Éthiopie a déjà connu le « prochain conflit interethnique ». . Les peurs de Mamdani, c’est-à-dire 30 ou 40 ans de retard. En résumé, Mengistu a pris le pouvoir en réponse à une grave crise politique, puis a mal interprété sa position en cherchant à imposer son concept de «socialisme» aux divers peuples encore pris au piège de l’Empire Menelik. Cela a conduit à une situation de violence croissante, dans laquelle il voyait à peu près tout le monde comme un ennemi à écraser physiquement. Son régime a finalement succombé à la résistance écrasante. Entrez Meles Zenawi, issu de cette génération de militants étudiants qui a adopté les nationalités et les revendications de réforme agraire à l’époque de l’empereur. Pour beaucoup d’entre eux, la désinvolture de Mengistu dans le traitement de la question a été une déception. Les Tigréens d’aujourd’hui ne se rappellent pas facilement que lorsque Meles a amené les jeunes à déclencher la guerre, ils se sont réfugiés en Érythrée, où ils ont été nourris et entraînés par les forces EPLF d’Isias Afwerki, déjà en guerre contre l’État éthiopien. La question de l’identité ne signifie donc pas que les Africains sont perpétuellement et illogiquement entre eux dans la gorge dans une sorte de frénésie primordiale. Ils font de la politique et sont parfaitement capables de définir leurs intérêts et d’entretenir des relations, ou de les rompre, selon les besoins. Zenawi (à l’instar de Daniel Ortega de l’autre côté du monde et même de Yoweri Museveni, à sa manière) s’est retrouvé à la tête d’un État confronté à un nouvel ordre mondial néolibéral, imposé par le seul super pouvoir laissé debout. Comme Selassie, la situation les entourant avait beaucoup changé depuis le début de leur périple politique. Loin de simplement « présenter » une constitution fédérale dont la nature « ethnique » Mamdani est problématisante,Le régime de Zenawi avait enfin demandé à l’État éthiopien de reconnaître les réalités historiques de longue date qui avaient émergé de décennies de lutte politique et armée. Réduire le produit de toute cette longue histoire à une notion de «fictions» est une dangereuse simplification excessive. Dans cette quête d’effacement, Mamdani applique la même pensée trompeuse à l’envers en qualifiant la constitution éthiopienne de 1994 de «soviétisation» de l’Éthiopie. Les nationalités russes ne sont pas davantage une invention de Lénine que celles d’Éthiopie sont celles de Meles Zenawi. Les différentes unités qui composaient l’Union des républiques socialistes soviétiques étaient fondées sur des nationalités bien en place avant la révolution communiste de 1917. La chose responsable à faire, comme point de départ, était de reconnaître ce fait, ce que les communistes ont fait (et Staline dans une plus grande mesure que Lénine avant lui). Oui, Meles était un dictateur. Et oui, la constitution est basée sur les nations autochtones. Cela ne suggère pas automatiquement une causalité: Meles Zenawi n’a pas «transformé l’Éthiopie en un fédéralisme« ethnique »». Sa longue histoire l’a fait. En fait, les événements montrent que Zenawi et la faction dominante avec laquelle il a gouverné n’appuyaient plus les «droits des petites nations» dès leur arrivée au pouvoir. À l’exception du référendum pré-convenu sur l’indépendance de l’Érythrée (il avait peut-être eu peu de choix en la matière: des amis d’Addis aimaient raconter l’histoire de la belle-mère de Meles, qui se trouve être érythréen et qui a lui, l’a laissé dans sa résidence officielle à Addisha pour aller voter pour l’indépendance en Érythrée, puis y est retourné après), il n’a pas mis en œuvre l’esprit et la lettre des nouvelles dispositions fondées sur des principes forgés au cours de la longue guerre. Petit exemple: l’article 5 de la constitution du pays dit maintenant que: «1. Toutes les langues éthiopiennes jouissent d’une reconnaissance d’État égale », mais ajoute:« 2. L’amharique est la langue de travail du gouvernement fédéral. »M. Zenawi, bien que parlant très couramment cette langue, aurait refusé de prononcer des discours publics en amharique pendant toute la durée de ses fonctions. Un exemple plus concret se trouve dans l’incident même qui a déclenché le soulèvement actuel: si le régime savait que – comme le souligne Mamdani – la constitution fédérale de 1994 garantissait aux nationalités concernées l’autorité sur leurs terres, pourquoi tentait-il alors d’élargir les frontières la capitale fédérale Addis en territoire Oromo sur les objections des gens là-bas? En d’autres termes, le problème en Éthiopie est l’exact opposé de ce que voit le professeur Mamdani. Ce n’est pas la constitution «ethnique» en faute; c’est l’échec du régime de Zenawi à l’appliquer réellement, en niant l’esprit de l’idée en privé, tout en prétendant le défendre en public. En particulier, le régime «Woyane» de Zenawi a répété l’erreur de Mengistu consistant à tenter de conserver l’État de Menelik. De manière critique, lui aussi n’a pas abordé le problème historique de la réforme agraire qui a commencé le grand bouleversement de l’Éthiopie avec les manifestations étudiantes contre l’empereur. En pratique, la terre est toujours la propriété de l’État, elle doit être distribuée à des fins de «développement», tout en maintenant la mentalité Mengistu, mais maintenant dans le contexte du néolibéralisme mondial. «Derg et [le TPLF] ont adopté une approche très similaire à la question foncière. C’est pourquoi, trois décennies après l’arrivée au pouvoir du TPLF, ils n’ont toujours pas été en mesure de procéder à une réforme agraire, ont abandonné la réforme agraire et, ironiquement, ont mis les terres rurales éthiopiennes à la criée internationale. Environ quatre millions d’acres de terres agricoles rurales, situées principalement dans le sud de l’Éthiopie, ont été cédées à des investisseurs étrangers depuis le milieu des années 2000, « observe le journaliste Parselelo Kantai, qui fréquente le pays. Le pouvoir vient avec ses tentations, et une machine d’état a ses propres impératifs institutionnels. Il semblerait qu’une fois qu’un groupe se retrouve aux commandes de l’appareil d’un empire tel que celui de Menelik, il devient très réticent à l’abandonner. Ce n’est peut-être que seules les forces armées portugaises, après le renversement de leur régime autocratique de Caetano en 1974, qui ont procédé au démantèlement immédiat de leur empire et à la libération des conquis. Le rapprochement des politiques de la coalition armée et finalement la disparition de Mengistu pourrait bien être le moment propice pour que ce changement d’attitude commence, notamment parce que le TPLF de Meles était de loin la faction militairement dominante de l’alliance. Pour résumer Meles Zenawi: il a évolué pour devenir ce que de nombreux «révolutionnaires» sont devenus après la guerre froide: un autocrate technocratique qui espérait une approche néo-libérale pour résoudre les problèmes économiques profonds du pays par le biais d’une stratégie «développementaliste». Il s’est littéralement épuisé en espérant qu’en mettant en place un développement rapide des infrastructures, il pourrait peut-être dépasser les revendications politiques historiques et les rendre ainsi superflues. Cela signifiait essentiellement une nouvelle forme de ce que Mengistu et Sélassié avaient fait avant lui: ignorer les revendications ancestrales des gens à ceci ou cela, et simplement voir toute la masse continentale comme un site de projets de «développement», quels qu’ils soient déplacés ou gênés. Mais « toute notion de » progrès « ou de » modernisation « qui ne part pas de la culture des peuples équivaut à un génocide », nous a averti le regretté professeur Dan Nabudere. Meles Zenawi cherchait à conserver l’état très impérial qu’il avait combattu. Sa réticence à respecter pleinement les termes de la vaste alliance de tous les groupes de combattants et à consolider son groupe armé pour prendre le contrôle de l’Etat par factions et ouvrir la voie à de nouveaux bouleversements. Sa mort soudaine a été l’occasion pour ces questions de se répandre dans les rues. Son successeur immédiat, Hailemariam Desalegn, a rapidement constaté que le type de violence extrême exercée par l’État à l’encontre de Zenawi et de Mengistu avant lui et de Sélassié avant eux deux ne fonctionnait plus, obligeant Deslaegn à démissionner après un échec. Abiy Ahmed doit enfin faire face à ces réalités. En fin de compte, toute tentative de faire de la politique sur la base des impératifs de l’État créé par Menelik a été et continuera de se heurter au fait que cet État a réellement commencé sa vie comme un empire. Si l’histoire de l’Éthiopie a montré une chose, c’est que cette approche a toujours provoqué des rébellions. L’Ethiopie, pourrait-on dire, est revenue à la situation d’avant-guerre qu’elle était juste avant le coup d’Etat de Mengistu. Le problème est conceptuel; le même qui a confronté Selassie et Mengistu: dirigeons-nous une nation ou un empire constitué de plusieurs? M. Abiy Ahmed serait sage de ne pas s’engager dans cette voie. Son défi est de démanteler les vestiges de l’appareil militaire personnel de Meles, de véritablement réorienter le pays vers son éthique constitutionnelle fédérale, de commencer à aborder la question du régime foncier et rapidement, avant les griefs politiques – et les défis économiques qui les sous-tendent – complètement bouillir. À mesure que le monde deviendra moins sûr et qu’il y aura de moins en moins de suzerains, il y aura de plus en plus d’exemples de nations invisibles d’Afrique s’affirmant pour gérer le contrôle de leurs ressources. Les renvoyer comme «ethniques», c’est simplement jeter les bases pour justifier la violence à leur encontre.

pourquoi le gouvernement central à Addis-Abeba veut déstabiliser la region Somalien?

           SRDA Resolution
Ethiopie poursuit un objectif inégalé. Vous êtes immobile, sans distinction, avec le Somali civilis, y compris les femmes et les enfants. Il s’agit d’une action planifiée orchestrée et orientée par le régime du FDRPE à Addis Ahaba. Le plan ne se limite pas à la violence et aux atranités directes et nues; mais est un réseau interconnecté de réseaux plus larges qui se compose de: confiscation et pillage de la propriété de Somali, harcèlement. intimidations, liquidations physiques, arrestations, attaquent et détruisent les maisons et les entreprises, ainsi que les lieux et sites de religions et les destinations des chefs religieux et traditionnels du peuple autochtone somalien, sans aucune justification. Presque plus de 80 hommes d’affaires, chefs religieux et chefs traditionnels sont arrêtés. La cause de vies humaines et les pertes matérielles ainsi que les violations des droits de l’homme que les forces éthiopiennes associent aux populations oromo et amhara commettent contre le peuple somalien à Dire Dawa (Dire Dawa) ne sont pas la norme. La question qui se pose est la suivante: existe-t-il un État éthiopien en état de fonctionnement ou les autorités éthiopiennes et son parti politique, l’EPRDF, sont-ils une bande de bandits, à l’instar de son précédent régime de l’IPI? Nous avons demandé à toutes les organisations internationales de défense des droits de l’homme, ainsi qu’à la communauté internationale, de se rendre auprès de Dire dawa et de la région somalienne en Éthiopie) pour qu’elles surveillent et enquêtent sur ces violations et violations des droits de l’homme contre le peuple Somali. Ce qui est étonnant, c’est que le large éventail des atrocités inhumaines réside dans l’attitude et la conduite des forces spéciales éthiopiennes, dans la manière dont elles encouragent les populations oromo et amharas à piller les propriétés du peuple somalien à Diredhabee dawa. La situation sociale et politique a pris une tournure critique. « L’intention politique et les provocations du régime éthiopien à l’égard de l’État somalien en Éthiopie sont claires et évidentes. Il s’agit bien sûr de déstabiliser le seul État en relation avec le reste du pays. qui aime la paix et la stabilité. Mais la question est de savoir pourquoi le gouvernement central à Addis-Abeba veut déstabiliser l’Etat Somali. Par conséquent, les dirigeants de l’Ithiopie doivent donner une réponse sincère à cette question. Nous demandons au gouvernement éthiopien de revenir sur sa décision. et plans idiots avant que tout ne devienne incontrôlable. Arrêtez de jouer avec le feu
SRDA….

pourquoi le gouvernement central à Addis-Abeba veut déstabiliser la region Somalien?

       SRDA Resolution
Ethiopie poursuit un objectif inégalé. Vous êtes immobile, sans distinction, avec le Somali civilis, y compris les femmes et les enfants. Il s’agit d’une action planifiée orchestrée et orientée par le régime du FDRPE à Addis Ahaba. Le plan ne se limite pas à la violence et aux atranités directes et nues; mais est un réseau interconnecté de réseaux plus larges qui se compose de: confiscation et pillage de la propriété de Somali, harcèlement. intimidations, liquidations physiques, arrestations, attaquent et détruisent les maisons et les entreprises, ainsi que les lieux et sites de religions et les destinations des chefs religieux et traditionnels du peuple autochtone somalien, sans aucune justification. Presque plus de 80 hommes d’affaires, chefs religieux et chefs traditionnels sont arrêtés. La cause de vies humaines et les pertes matérielles ainsi que les violations des droits de l’homme que les forces éthiopiennes associent aux populations oromo et amhara commettent contre le peuple somalien à Dire Dawa (Dire Dawa) ne sont pas la norme. La question qui se pose est la suivante: existe-t-il un État éthiopien en état de fonctionnement ou les autorités éthiopiennes et son parti politique, l’EPRDF, sont-ils une bande de bandits, à l’instar de son précédent régime de l’IPI? Nous avons demandé à toutes les organisations internationales de défense des droits de l’homme, ainsi qu’à la communauté internationale, de se rendre auprès de Dire dawa et de la région somalienne en Éthiopie) pour qu’elles surveillent et enquêtent sur ces violations et violations des droits de l’homme contre le peuple Somali. Ce qui est étonnant, c’est que le large éventail des atrocités inhumaines réside dans l’attitude et la conduite des forces spéciales éthiopiennes, dans la manière dont elles encouragent les populations oromo et amharas à piller les propriétés du peuple somalien à Diredhabee dawa. La situation sociale et politique a pris une tournure critique. « L’intention politique et les provocations du régime éthiopien à l’égard de l’État somalien en Éthiopie sont claires et évidentes. Il s’agit bien sûr de déstabiliser le seul État en relation avec le reste du pays. qui aime la paix et la stabilité. Mais la question est de savoir pourquoi le gouvernement central à Addis-Abeba veut déstabiliser l’Etat Somali. Par conséquent, les dirigeants de l’Ithiopie doivent donner une réponse sincère à cette question. Nous demandons au gouvernement éthiopien de revenir sur sa décision. et plans idiots avant que tout ne devienne incontrôlable. Arrêtez de jouer avec le feu
SRDA….

Ereyadii ugu dambeysay ee Steve Jobs, billionaire, wuxuu ku dhintay 56

(Marka ay arrintu khuseyso waa la wadaagnaa)
Anigu waxaan gaadhay guulaha guusha ee ganacsiga adduunka. Aragtida dadka kale, nolosha noloshu waa guul. Laakiin, marka laga reebo shaqada, wax yar ayaan ku farxay. Ugu dambeyntii, hantida n waa xaqiiqda ah in aan la isticmaali jiray Waqtigan xaadirka ah, oo jiifa sariirtayda isbitaalka iyo xasuusinta noloshayda oo idil, waxaan ogaanayaa dhammaan mahadnaqa iyo hodanka aan ku qaatay badanaa kibirsanaan, jajaban oo aad u noqoto mid aan muhiim u ahayn dhimashada dhimashada. Waxaad u shaqeyn kartaa qof inaad baabuur wadi karto ama lacag kuugu sameyso, laakiin suurtagal maaha in qof shaqaaleysiiyo inuu qaado cudurka oo uu u dhinto Waxyaalaha la lumay ayaa la heli karaa.Laakiin waxaa jira hal shay oo aan marnaba la heli karin markii lumay « nolol » Iyadoo aan loo eegeyn heerka ugu sarreeya ee nolosha aan hadda joogno, waxaa lagu soo bandhigi doonaa maalinta uu xirmooyinka xirayo. La soco qoyskaaga, xaaskaaga iyo asxaabtaada … Si fiican u daawee, u diyaargarow Markaan sii weynaanno, oo aan helno xikmad, waxaannu si tartiib ah u ogaannaa in xirashada saacadaha $ 300 ama $ 30 ay labaduba isku siiyaan … hadday nagu leeyihiin boorso ama $ 300 ama $ 30 boorsada gacanta – qaddarka gudaha waa isku mid ah. Haddii aan wadnay baabuur $ 150,000 ah ama 30,000 oo doolar ah, waddada iyo masaafada ayaa la mid ah, annana waan imanay isla meeshaas oo kale. Had iyo jeer waxaan cabnaa dhalo khamri ah oo ah 1000. $ ama $ 10, ciribtirka waa isku mid; Taas oo ah guriga aan ku noolahay qiyaasta 300 ama 3000 mitir oo laba jibbaaran – iskudubariddu waa isku mid, in aad ogaato in farxadaada dhabta ah ee aanad ka imanayn waxyaalaha waxtarka ah ee dunidan. Haddii aad u socotay fasalka kowaad ama fasalka dhaqaalaha, haddii diyaaraddu jebiso, waxaad ku dhacdaa sidaas darteed waxaan rajeynayaa inaad tagto xisaabta, markaad saaxiibbo leedahay,
Sidaa darteed .. Waxaan rajeynayaa inaad fahamsan tahay, markaad saaxiibbo tihiin, saaxiibo iyo saaxiibo kale, walaalayaal, kuwaas oo aad la hadleyso, qoslaan, hadal, heeso, ka hadlaan waqooyi-koonfur-bari ama samada iyo dhulka, .. waa farxad dhab ah !!
Shan arrimood oo aan la garan karin oo nolosha ah:
1. Ha barin caruurtaada inay taajir noqdaan, baro inay farxaan, markaa ay koraan, waxay ogaan doonaan qiimaha waxyaallaha oo aysan ahayn qiimaha 2. Cunto cunto sida daawo. Haddii kale, waa inaad cunta dawo sida cuntada.
3. Qofka ku jecel yahay waligaa waligaa kaama tegin, xitaa haddii ay jiraan 100 sababood oo aad isaga bixisid, wuxuu heli doonaa sabab uu isku kalsoonaado.
4. Waxaa jira farqi weyn oo u dhaxeeya bini-aadannimada iyo bini-aadannimada. Qaar ka mid ah runtii way fahmaan.
5. Waxaa laguu jecelyahay markaad dhasho. Waad jeclaan doontaa markaad dhimato. Intee u dhaxaysa, waa inaad maareysaa! FIIRO GAAR AH: Haddii aad rabto inaad si dhakhso ah u socoto, kali socod! Laakiin haddaad rabto inaad meel fog ku socoto, wadajir wad!
Lix dhakhtar oo ugu fiican dunida
1. iftiinka qoraxda
2. Nasasho
3. Jimicsi
4. Cuntada
5. Is-kalsoonidaada
6. Saaxiibo
Ku hay dhamaan marxaladaha nolosha iyo